Shujinkan Aikido

Apprendre en pratiquant

L’aïkido

L’aïkido est un budo, une voie martiale japonaise dont les racines plongent dans l’histoire féodale du Japon, bien que cet art martial soit né au XXe siècle. Son fondateur, Morihei Ueshiba, le considérait comme une voie de purification et d’élévation de l’homme.

L’aïkido a pour but, à travers l’étude de techniques à mains nues (frappes, immobilisations, projections) et la pratique des armes (bokuto, jo, tanto), de développer plus de conscience et une capacité à rester libre quelle que soit la situation.

L’aïkido est aujourd’hui l’un des arts martiaux les plus pratiqués, grâce notamment aux nombreux élèves directs du fondateur qui firent connaître cette discipline à travers le monde.

Le Shujinkan

Shujinkan (修尽館) signifie le lieu ou l’on apprend en faisant.

  • 修 (shu) désigne la notion d’apprentissage à travers l’étude et la maîtrise de l’objet étudié.
  • 尽 (jin) désigne l’idée de faire de son mieux.
  • 館 (kan) désigne le lieu, le bâtiment.

Le dojo (道場) est le lieu ou l’on étudie la voie. Étymologiquement 道 (do) signifie la voie, le chemin et 場 (jo) le lieu, la maison.

L’enseignant

Vianney Barbin débute l’aïkido en 2007 à Angers auprès de Marie-Christine Verne. Après cette année de découverte, il s’installe à Tours et poursuit l’étude de l’aïkido à l’École du Budo sous la direction de Joël Barillet, avec qui il s’initie au iaïdo. C’est le début d’un travail d’approfondissement de la discipline qu’il élargit régulièrement en stage auprès de plusieurs enseignants tels que Philippe Cocconi, Brahim Si Guesmi et Léo Tamaki. Ce dernier lui permet de rencontrer des experts japonais qui chacun reconsidèrent — mais selon des principes qui leur sont propres — la manière dont le corps est utilisé dans la pratique martiale : Kono Yoshinori (kobujutsu), Hino Akira (Hino Budo) et Kuroda Tetsuzan (Shinbukan Kuroda Ryugi). La rencontre avec Kuroda senseï est déterminante et il continue à pratiquer le jujutsu et le kenjutsu de cette école dont les principes l’amènent à réinterroger sa pratique.